Training camp Articles

[url=http://www.lapresse.ca/la-tribune/sports/201605/27/01-4985947-cinq-defis-pour-les-alouettes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_meme_auteur_4985149_article_POS2]http://www.lapresse.ca/la-tribune/sport ... ticle_POS2[/url]
(Sherbrooke) Les Alouettes de Montréal se sentent un peu beaucoup à la maison, lorsque joueurs et entraîneurs débarquent sur le campus de l'Université Bishop's pour y participer au camp d'entraînement de l'équipe, à l'aube d'une nouvelle saison.

Un camp d'entraînement qui se déroulera dans une atmosphère sûrement différente des années précédentes; en 2015, pour la première fois depuis leur retour dans la métropole en 1996, ils ont raté les séries éliminatoires.

Une saison en dents de scie complétée avec une fiche de 6-12, la dernière position dans l'Est et surtout, des problèmes chroniques et récurrents à l'attaque.

En compagnie de l'entraîneur adjoint aux unités spéciales et ancien entraîneur-chef du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke André Bolduc, La Tribune vous propose un survol des principaux points d'intérêts à surveiller lors de ce camp, qui débutera ce dimanche et qui s'échelonnera jusqu'au 15 juin.

Protéger Kevin Glenn

L'attaque aérienne des Alouettes a connu toutes sortes de difficultés en 2015; Rakeem Cato, Brendon Bridges, Tanner Marsh, Jonathan Crompton, personne n'a pu réellement prendre la pole. En conséquence, les Montréalais ont terminé bons derniers pour les verges aériennes (4052 verges) et avant-derniers pour les touchés (24).

« C'est une évidence, les Alouettes n'ont pas réussi à préparer adéquatement le départ d'Anthony Calvillo. Depuis trois ans, l'attaque aérienne en arrache. L'an dernier seulement, on a utilisé sept quarts différents. Kevin Glenn, qui est arrivé à la fin de la dernière saison, c'est notre homme, oui, mais il a 36 ans, il faut le protéger. N'oublions pas qu'il a raté huit matchs avec la Saskatchewan en raison d'une blessure à l'épaule avant de se joindre à nous. Avec le départ de Josh Bourke, ça nous prend un plaqueur à gauche. La protection du quart devra devenir l'affaire de tous, sur le front offensif. Aussi, on a plusieurs jeunes qui vont se battre pour les postes numéro 2 et numéro 3 chez les quarts. Et il y a de la qualité; le jeune Vernon Adams, qu'on a acquis la semaine dernière, c'est tout un quart-arrière! »

Combler les nombreux départs

Si les Alouettes ont connu leur part de difficultés en attaque, la défensive a fait le boulot, notamment pour la pression sur les quarts, avec 55 rabattements du quart. John Bowman, avec 19, et Grabriel Knapton, avec 11, ont mené le groupe.

« La priorité est de remplacer Jonathan Hefney, qui a dû prendre sa retraite à cause d'une blessure au cou, et Gerald Brown, qui a signé comme agent libre à Toronto. On parle ici de deux demis défensifs du côté court du terrain. Est-ce qu'on va transposer des vétérans vers cette position ou laisser la chance aux jeunes? Je crois qu'on verra un peu des deux. L'efficacité de la défensive reposera aussi sur un retour en santé de Bear Woods; le secondeur a joué quatre matchs en trois ans. Il est très productif quand il est en santé et sa présence profite à (John) Bowman, ça le libère davantage. »

L'équipe de Jim Popp

Jim Popp est de retour sur les lignes de côté avec ses écouteurs d'entraîneur-chef pour une cinquième fois depuis qu'il est avec les Alouettes. Celui qui occupe aussi la fonction de directeur général occupera cette fonction jusqu'à nouvel ordre, lui qui a congédié Tom Higgins en août 2015. L'organisation veut miser sur la stabilité.

« Je m'attends à ce que Jim soit en charge de tout et qu'il prenne le contrôle de ce vestiaire. J'aimerais qu'il prenne soin de ses coordonnateurs et de ses entraîneurs, tout en misant sur la discipline. On a trop souvent été indisciplinés dans le passé, et ça nous a fait mal. Il faut que les joueurs prennent le destin de l'équipe à coeur. »

Éviter les distractions

Qui dit camp des Alouettes dit controverses, ou plutôt, comme le précise André Bolduc, des distractions non désirées. Le cas le plus célèbre étant celui de Michael Sam. Le passage de l'Américain avec les Alouettes fut plus savoureux pour les médias que pour les amateurs de statistiques.

« Il y a toujours eu ce genre de distractions entourant l'équipe, ce genre de joueurs qui provient des États-Unis, un peu au bout de leur carrière, et on leur donne une deuxième chance. Michael Sam est le meilleur exemple, Chad Ochocinco Johnson en fut un autre. Ce que j'aime jusqu'à présent, c'est qu'il n'y a rien de la sorte, à l'aube du camp. Le pivot américain Vernon Adams n'est pas un joueur fini, c'est un jeune joueur prometteur, il n'entre donc pas dans cette catégorie. »

Des entraîneurs dans de nouvelles chaises

Qui ne se rappelle pas la controverse suscitée par le départ du coordonnateur Noël Thorpe, en décembre dernier, lui qui avait accepté un poste chez les Eskimos d'Edmonton, après avoir remis sa démission aux Alouettes? Une situation malaisante qui fut réglée par l'intervention du commissaire de la LCF Jeffrey Orrigde, obligeant Thorpe à rentrer au bercail. Thorpe avait encore deux ans à écouler à son contrat le liant aux Alouettes.

« Cette situation a été réglée l'an dernier, et on n'en pas reparlé depuis. Les gars, les coachs, personne n'a fait allusion à ça. De mon côté, je suis cette année l'adjoint de Khavis Reed sur les unités spéciales. J'aime enseigner aux joueurs, peu importe le poste que j'occupe. C'est Jacques Chapdelaine qui s'occupe des receveurs de passes, ce que je faisais l'an passé. Quand l'organisation m'a annoncé que Jacques revenait, j'ai mieux accepté la situation. Je veux apprendre de lui. »

Le camp débute dimanche avec deux entraînements, à 14 h et 16 h, à l'Université Bishop's. Les activités sont transférées au

[url=http://www.journaldemontreal.com/2016/05/28/luc-brodeur-jourdain-dans-lincertitude]http://www.journaldemontreal.com/2016/0 ... ncertitude[/url]
SAINT-DAMASE | Pour un journaliste, un entretien avec Luc Brodeur-Jourdain est ­toujours un exercice agréable. Ce gentil géant s’exprime très bien et on le verrait d’ailleurs travailler dans le monde des médias une fois sa carrière terminée. Brodeur-Jourdain est toutefois titulaire d’un bac en administration à l’Université Laval et il ne lui reste qu’à rédiger son mémoire pour obtenir sa maîtrise. «Je ne sais pas encore ce qui m’attend à la retraite, car je préfère me concentrer sur la suite de ma carrière, a-t-il raconté. Je crois avoir la fibre entrepreneuriale, mais je devrai m’assurer de dénicher le bon produit. En attendant, je touche un peu à tout, notamment la culture de ­champignons dans mon garage!» Un mois déterminant Sa douce moitié, Marie-Élaine, sourit en l’écoutant parler. «Luc est un homme aux multiples projets. Il a besoin de se sentir créatif. C’est pourquoi il aime rénover la maison durant la ­saison hivernale.» C’est l’état de son genou droit qui décidera de son avenir. Le prochain mois sera déterminant pour Brodeur-Jourdain. «Je devrai pousser fort au camp, mais pas trop fort. Je ne dois pas brûler les étapes», a expliqué celui qui pourrait aussi jouer à la position de garde. «Je dois minimiser les risques de me blesser de nouveau, car cela signifierait non seulement la fin de ma carrière, mais ça pourrait hypothéquer le reste de mes jours. Il y a une vie après le sport», a ajouté Brodeur-Jourdain, dont le contrat d’un an n’est pas garanti. Une équipe améliorée Il est d’avis que les Alouettes sauront faire oublier à leurs partisans la mauvaise saison qu’ils ont connue en 2015 alors que l’équipe a terminé au dernier rang avec une fiche de 6-12. «Ce fut tout autant pénible pour nous que pour les partisans, a-t-il dit. L’équipe sera bien meilleure en 2016 parce qu’on pourra compter sur un coordonnateur offensif, Anthony Calvillo, pour qui le football canadien n’a aucun secret. «Et il aura la chance d’être épaulé par un entraîneur fort ­expérimenté en Jacques ­Chapdelaine, qui sera en mesure d’aider Anthony à appeler les bons jeux dans le feu de l’action. «Le deuxième élément d’importance est la présence d’un quart comme Kevin Glenn, qui a fait ses preuves dans la LCF. Il faut espérer qu’il saura éviter les blessures, car il est difficile pour un jeune quart de ­s’imposer dans cette ligue. «Enfin, je crois que les Alouettes miseront sur le meilleur personnel de receveurs du circuit avec les additions de ­Duron Carter et de Kenny ­Stafford. Les défenses adverses ne pourront pas effectuer une couverture à deux joueurs sur S.J. Green, car Carter constitue une menace constante en zone profonde. «Et je suis bien heureux du retour du vétéran Nik Lewis, qui rendra assurément de très bons services à l’équipe, car en plus d’attraper des ballons, il excelle pour effectuer des blocs.»
[url=http://montrealgazette.com/sports/football/cfl/montreal-alouettes/as-alouettes-open-cfl-training-camp-offence-is-a-work-in-progress]http://montrealgazette.com/sports/footb ... n-progress[/url]
A year ago at this time, as the Alouettes prepared for training camp, there was reason for optimism. While a 9-9 record traditionally is below the franchise’s standards, the team won eight of its final 10 games, including a six-game undefeated streak, and reached the East Division final.

With Tom Higgins settling nicely into his second season as head coach, and Jonathan Crompton having emerged as the starting quarterback, the pieces appeared in place to at least be competitive.

How the landscape has changed since then, as the Canadian Football League team prepares for its first pair of training-camp workouts Sunday afternoon at Bishop’s University in Lennoxville.

This is the first time in franchise history, the argument can be made, that this team has nowhere to go but up following a 6-12 record. Montreal finished last in the division and failed to make the playoffs for the first time since returning to the league in 1996.

General manager Jim Popp — who replaced Higgins after five games last season and returns as head coach — would argue the pieces are in place and the team is not rebuilding. But things have to change, and perhaps the time has come for the franchise to adopt a new mindset. In short, there are no banners for finishing last.

Popp and his assistants have to get it right coming out of camp; the future of this franchise may well hinge on their personnel decisions. Montreal is a city that generally doesn’t tolerate mediocrity from its sports teams — and with season-ticket sales having dropped to slightly more than 11,000, combined with the coming construction chaos motorists will face this summer, fans might be seeking the smallest excuse not to trek up the mountain to Molson Stadium.

So, without further adieu, here are a few questions heading into camp following the longest off-season in team history:

The quarterback situation might have been resolved, but it nonetheless remains unsettled. Kevin Glenn, who turns 36 on June 12, provides the Als with stability at the position for the first time since 2013, when Anthony Calvillo was concussed and played his final game.

For all the numbers Glenn has produced during 15 seasons, the one that stands out is no Grey Cup victories. In his one start in 2012 for Calgary, he produced pedestrian numbers as the favoured Stampeders lost to Toronto at the Rogers Centre.

Glenn might be the epitome of a 9-9 quarterback — he will undoubtedly win some games but might also cost his team. The Als might be content with 9-9, but what happens if he’s injured?

What will the Als do at the all-import left offensive-tackle position following the departure of Josh Bourke to Toronto as a free agent? The line has been an area of little, if any, concern over the years. But perhaps no longer.

While the Als undoubtedly would like to retain an all-Canadian line, the addition of non-import defensive-tackle Vaughn Martin allows them the luxury of starting an import, if necessary. If not, many potential scenarios exist. They could start the inexperienced Jacob Ruby, move Phillip Blake there from right guard or shift right-tackle Jeff Perrett over, creating a domino effect.

And it shouldn’t be forgotten that veteran centre Luc Brodeur-Jourdain, recovering from knee surgery, won’t start the year. He’ll be replaced by 10-year veteran Dominic Picard, but the team’s still looking at new bodies at two positions.

Can these coaches all get along? Defensive coordinator Noel Thorpe wanted to bolt to Edmonton, but was rebuffed by CFL Commissioner Jeffrey Orridge. He’s not happy.

Perhaps special teams coordinator Kavis Reed wanted to depart as well, so Popp made him an assistant head coach — a title Thorpe also holds. And how difficult will it be for Jacques Chapdelaine, the receivers coach and special adviser to offensive coordinator Calvillo, to take orders from a guy who lacks experience but is probably being groomed to become the Als’ head coach?

There are egos at stake, along with professional advancement.

Will a big-money player be released? The Als have about $500,000 invested in two receivers, Duron Carter and S.J. Green. And the CFL salary cap this season is $5.1 million.

While the argument can be made the cap doesn’t exist at the end of May, Popp has been busy the last few months “restructuring? contracts. It began last winter with Green, Bear Woods and Chip Cox, but undoubtedly didn’t end there. Linebacker Kyries Hebert was asked, and probably obliged. Fellow linebacker Nicolas Boulay was asked, and has adamantly refused.

Hebert appears to be in a fight to keep his job — as he was a year ago when a training-camp injury might have provided him with another opportunity.

And with the Als loaded at receiver — Green, Carter, the return of Kenny Stafford, Samuel Giguère, B.J. Cunningham, Nik Lewis and Cody Hoffman — we wonder whether all can be retained? Or will some of them find their way onto the injured list?

How will camp be different under Popp? The first evidence comes Sunday, when the team doesn’t hit the field until 2 p.m., instead of the customary 7:50 a.m. bleary-eyed practice in past years. Indeed, the team won’t begin work before 8:30 a.m. and, upon the urging of Reed, will conduct more walk-throughs.

The veterans will love it, but will the team be prepared when the regular-season begins?

hzurkowsky@postmedia.com

twitter.com/HerbZurkowsky1

[url=https://ca.sports.yahoo.com/blogs/cfl-55-yard-line/alouettes-duron-carter-out-to-prove-he-s-no--me--guy-in-his-cfl-return-190525592.html]https://ca.sports.yahoo.com/blogs/cfl-5 ... 25592.html[/url]
When Duron Carter hits the practice field as the Montreal Alouettes open training camp Sunday, he will do so carrying a little extra baggage. During his first go-round as a CFL receiver, Carter made quite an impression in his first two seasons. He was known for his speed, moves and hands that allowed him to become one if the most feared receivers in the CFL.

But there were also whispers behind the scenes that the son of NFL Hall of Famer Cris Carter wasn't exactly a team player -- the kind of guy who calculates his receiving average as he's running down the field.

But that baggage might be a lot lighter than people think after Carter returned from a frustrating failed tryout with the Indianapolis Colts.

When we're talking about the season, team just keeps spilling out of his mouth," says Kevin Glenn, who heads into training camp as the Als starting quarterback. Talking to other people, I got the impression he was kind of a `me' guy. I've never once got that impression in the conversations I've had with him. He wants to win. I'm happy to hear that from him."

Whether he's now a team-first guy or not, there's no doubt that Carter is heading into his CFL Career Redux with a positive attitude. He practically gushes thinking about his return to Montreal.

I loved Indy and they gave me a great opportunity and I learned a whole lot," says the 25-year-old Florida native. They just had a different plan for me than what I wanted.

``I felt to get into a better situation ... playing is my best bet and not betting on other people and how they feel. It's a whole lot of politics and things I didn't realize existed. I just wanted to play football and Montreal allows me to do that."

While the reference to politics might lead one to believe that Carter's a tad bitter about his not-so-excellent adventure in the NFL, he says it has made him a better receiver.

Going up against the likes of Pro Bowl defensive back Vontae Davis every day during training camp and getting high-level coaching will pay off, he insists. So will carrying an extra 20 pounds from his CFL days, up to 220 on his 6-foot-5 frame.

I feel I'm a lot better player," he says. I'm older, I feel like I'm faster, I'm bigger ... I feel pretty good about what's going to come this season. Everybody tells me I've gotten taller, too.

``I do like being a little bit slimmer and faster, but I think it hurt me as far as being durable and lasting a whole season."

The NFL dream is on hold, he insists, with the Alouettes being his sole focus.

I see myself playing against Winnipeg in my first game," he says. That's all I can see, man. If the NFL happens, it happens.

``If it doesn't and I finish my career here in the CFL, I'd think I had a pretty good career in the CFL. I just want to play. It's not about money or being famous or being down south and being on TV.

``I just want to play ball."

Another reason for Carter's sunny approach to the season is the innovation that was born in his absence, and partly because of his presence. A missed pass interference call during the 2013 East semifinal was one of the reasons the CFL brought in replay review for that very infraction last year.

It should make life easier for receivers, says Carter, who admits he thinks about that play (``the worst call ever") to this day.

My first year, there were four 1,000-yard receivers," he says. Last year, there were a lot. I think you're seeing a significant change and I can't wait. I used to draw a lot of penalties without that rule, so I can't imagine ..."

But he can imagine. He sees himself dominating the league this season and says his main personal goal is ``just get more yards than (Edmonton receiver Adarius) Bowman."

He's always on top," Carter says. I was watching one game in Edmonton and they threw it to him three times in a row. All three downs, a turnover on downs. I'm like, I wish I could get that.

``I want the triple crown, lead the league in catches, touchdowns and yards."

But, as if catching himself sound like a ``me" guy, he changes gears.

I like getting the ball, but I like winning more," he says. Give me the ball one time, I'm going to score. Give it to me two times I'm going to score ...

``I'm all about winning. I lost three games my whole high school career. I went to Ohio State, we lost one game. I went to Alabama, we won a national championship.

``I want to win."

It appears the French newspapers are now more active that ever with respect to the Alouettes. With La Presse, the Jounnal de Montreal, RDS and the Gazette are now providing better CFL coverage as compared to past years. Indeed, perhaps the Als might now be the best in media coverage of all teams. This has to positively help team attendance and the bottom line of the Als.
It will be up to Popp to ensure that the coaching staff will be operating with a better spirit of cooperation this season as compared to last year. From these articles I became aware that both Thorpe and Reed are now assistant coaches Chapdelaine I believe is officially a receivers coach while Calvillo appears to be the offensive coordinator and, a question was raised as to the relationship between these two. Calvillo brings the wisdom of a long tenure as a successful QB and, Chapldelaine's past tenure as an offensive and successful coach who was appropriately referred to as having developed the promising stable of QBs in Vancouver, which brings to question who will have the task of developing the young QBs? Is Calvillo the heir apparent future Head Coach of this football team? Which of these two will have the upper hand with respect to QB development of Cato and Bridges? I believe Chapdelaine has demonstrated competence at this type of developmental coaching and, he would be the choice based on his past performance in BC and, the other teams in the CFL. When Chapdelaine was appointed, my first thought that was of the need of our young QBs for the refinement of their potential. Indeed I thought of him as having the potential of becoming HC should he demonstrate success this season. Perhaps both he and Calvillo might jointly attend to this task?
So, its back to Popp to ensure the egos of all coaches, will translate into achieving success this season. Certainly Popp's long range plan must have, as priority, the acquisition of a future HC for the Alouettes.

Morning coffee

http://a0.fanbread.com/uploads/blog/featured_image/35645/large_cropped_a2.jpg?

http://www.journaldemontreal.com/2016/05/28/au-travail
Les vacances sont terminées pour les joueurs des Alouettes. Au cours des deux prochaines semaines, ceux-ci s’attelleront à la tâche et prendront les bouchées doubles à l’occasion du camp d’entraînement, qui s’ouvre cet après-midi à l’Université Bishop’s de Lennoxville. Quelque 90 joueurs fouleront la surface gazonnée avec deux buts en tête: obtenir un des 46 emplois disponibles et faire oublier le ­piètre rendement de l’équipe la saison dernière. «Je m’attends à de bonnes batailles aux postes de demi défensif et de quart», fait savoir le directeur général et entraîneur-chef de l’équipe, Jim Popp. Si le noyau défensif est resté passablement intact, c’est du côté de l’attaque que le grand manitou a profité du Boxing Day hivernal pour rapatrier les receveurs ­Duron Carter et Kenny Stafford.

Deux ajouts majeurs qui se greffent à une offensive qui en a arraché par la voie des airs la ­saison dernière.
Il sera d’ailleurs intéressant de voir comment se débrouillera ­Anthony Calvillo à sa première saison complète avec le chapeau de coordonnateur offensif. L’entraîneur-chef des Alouettes,

Jim Popp, s’adressera à ses joueurs aujourd’hui.

Projecteurs
En ce début de camp, les yeux seront rivés sur la plus récente acquisition des Alouettes, le quart Vernon Adams Junior, en provenance de l’Université de l’Oregon.
Puisqu’ils ont échangé leur choix de première ronde en 2017 aux Lions de la Colombie-
Britannique pour ultimement obtenir les droits d’Adams, on peut affirmer que les Alouettes ­fondent beaucoup d’espoir en lui.
Adams n’aura toutefois pas la pression immédiate de produire, puisque Kevin Glenn a été confirmé comme partant.
Le nouveau venu devra néanmoins s’adapter rapidement à la réalité du football canadien pour justifier une telle dépense.
L’entraîneur-chef des Alouettes, Jim Popp, s’adressera à ses joueurs aujourd’hui.

Nouvelle année
Les Alouettes ont raté les éliminatoires la saison dernière pour la première fois depuis leur ­retour à Montréal en 1996.
L’équipe souhaite offrir un meilleur rendement à ses partisans, d’autant plus qu’elle célèbre cette année le 20e anniversaire de son retour dans la métropole.
Sur papier, les Alouettes possèdent un bien meilleur arsenal que l’an passé.
Si l’équipe parvient à conserver de la stabilité à certaines positions clés et à éviter les blessures, elle ne devrait pas avoir de difficulté à retrouver ses lettres de noblesse.

You're going to want cereal with that coffee :smiley:

Here`s a story on Chapdelaine, including a bit on the offence:

« Si tout le monde comprend le portrait global, on sera bien meilleur. On a plusieurs formations possibles, beaucoup de motions, on peut aller chercher les affrontements que l'on veut avec la défensive adverse. En plus, nos joueurs peuvent occuper plusieurs positions. Être sur la même page sera critique pour nos succès. »

[url=http://www.lapresse.ca/la-tribune/sports/201605/29/01-4986444-chapdelaine-de-retour-a-la-maison.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4986415_article_POS1]http://www.lapresse.ca/la-tribune/sport ... ticle_POS1[/url]

And HfxTC, that coffee girl would come in handy if I want to make next Saturday`s early intra-squad game!

i'll be there for a couple days later in the month.

Le moment est encore très récent, mais il est certain que je vais oublier quelques éléments de cette journée. Aux intéressés, ne m'en veuillez pas, ce ne sera pas volontaire.

La journée a commencé avec la surprise de constater que l’entraînement était à 14h00 plutôt que de débute le matin, comme c’était le cas habituellement. Qu’à cela ne tienne, l’occasion était parfaite pour aller prendre une crème glacée à la Laiterie Coaticook et revenir en masse à temps pour l’entrainement. Les temps de saluer André Bolduc qui se rendait à la salle d’entraînement, nous avons bien profité de cet aller-retour.

En arrivant de nouveau sur le campus, j’ai apperçu Bear Woods qui marchait avec Nicolas Boulay. Salutations d’usage, les deux semblent bons copains.

On s’est donc dirigés vers le stade Coulter où les Barons du Séminaire de Sherbrooke ont goûté à la médecine des Commandeurs de Lévis, au grand plaisir de mon aîné qui a toujours détesté l’avantage que les Barons avaient auprès des arbitres de leur circuit alors qu’il y jouait. Délaissant les Barons et Commandeurs, j’ai promené mon chien plus près de l’entrée du complexe sportif pour saluer quelques Alouettes qui arrivaient au bureau. Parmi eux, Cash, Bowman, Eslworth, Blake que je n’avais pas reconnu, et d’autres qui n’était pas avec l’équipe l’an dernier. Je suis ensuite retourné dans les gradins où j’ai pu demander à Deslauriers s’il aiment ses nouvelles fonctions. Le grand Éric se plait à apprendre cette partie du métier et sera envoyé cet été à ratisser les Etats-Unis pour voir des joueurs à l’œuvre et faire rapport de ses observations. Mon fils lui a dit qu’il était béni. Il serait payé pour aller voir et analyser des parties de football. Le jovial Éric a apprécié. On ne pourra jamais trouver à redire sur sa bonne humeur et sa sociabilité. Vraiment un chic type!
Pendant les étirements du début de l’entraînement, j’ai profité de l’occasion pour jaser avec Luc Brodeur-Jourdain et lui faire signer mon chandail #58 à son nom. Luc sera de nouveau papa dans quelques mois. Sa réhabilitation va bien. Il peut courir mais il ne peut pas encaisser encore de coups. Il a fait quelques courses avec Crompton, que ce dernier n’a pas gagnées aisément. Luc est manifestement toujours en bonne forme et garde le moral en attendant de pouvoir chausser ses crampons de nouveau. Une discussion qu’il a eue avec d’autres partisans m’a fait comprendre que Picard n’est pas un joueur “apprécié” de ses adversaires. On se fout pas mal de ce que les adversaires pensent de Picard, mais il serait bon que Picard ne se fasse pas d’ennemis au sein même de l’équipe. Ce n’est jamais bon pour développer une équipe gagnante. Luc a effectué quelques courses avec Crompton, mais rien de plus. Il se concentre sur sa rémission.

Avant le début de l’entraînement, on a pu jaser un peu avec Billy Parker. Lors du dernier match de la saison dernière, je lui avais fait signer le chandail à son nom en lui disant que c’était pour un de ses plus grands supporteurs, mon fils. Il donc été content de voir qu’il y était avec ce chandail qu’il avait signé dans le dépit de la fin de la pire saison des Alouettes depuis leur retour à Montréal. Parker est un gars humble et réservé, mais il fait bon contact avec les gens. Il semblait en grande forme, comme toujours. On a aussi eu l’occasion de saluer plusieurs joueurs rapidement. J’ai souhaité un cordial « Bienvenue à la maison ! » à Carter, des salutations aussi à Bowman et Cash, Sutton, Rutley, Ellis.
Alors que les joueurs faisaient leurs étirements, j’ai remarqué un gars qui faisait ses étirements seul, sans uniforme. Je lui ai donc demandé qui il était. C’était Jonathon Rumph. Il ne fait pas partie de l’alignement ce qui fait qu’il n’a pas participé à l’entraînement. Mais il est manifestement dans le giron de l’équipe et peut-être se joindra-t-il plus tard durant le camp d’entraînement.

Lorsque les entraînements ont commencé, je ne suis surtout concentré à observer les quarts-arrières, les receveurs par voie de conséquence, les demis-défensifs et la position de garde à gauche.
Les unités ont d’abord été réparties sur le terrain. Vu des estrades, les joueurs de ligne offensive se sont installés dans la zone de buts du côté droit, les quarts-arrière dans la zone droite, les receveurs au milieu et la défensive à gauche avec Bédard et Bede.

J’ai donc porté mon attention sur les quarts-arrières. Les plus préparés semblaient dans l’ordre Glenn, Cato, Adams, Bridge, Boyd, Djan, Burko et Underdahl. Après le réchauffement, les quarts-arrières ont pratiqué des tracés avec les receveurs. Les plus précis selon moi ont été Glenn, Cato, Bridge, Adams, Boyd, Djan, Burko et Uderdahl. Carter a commencé avec nonchalance mais s’est concentré par la suite.

Sont ensuite venues les confrontations à un contre un. Les quarts les plus précis ont été dans l’ordre Glenn, Cato, Bridge, Adams, Boyd, Djan, Burko et Underdahl. Les meilleures couvertures des demis défensifs sont venues de Parker, du petit nouveau #2, d’Ellis et de Lue. White a un peu peiné mais il était confronté à Carter, Green et Stafford, principalement. Louks m’a vraiment impressionné. Il a gagné nombre de batailles. Ses feintes sont plus efficaces que celles de Stafford et c’est peut-être celui qui s’est retrouvé démarqué le plus souvent dans ses confrontations. Il a de bonnes mains et une bonne vitesse. On a vu quelques remises ratées (Bridge étant celui qui en a hérité le plus). Je n’ai pas vu qui à part Picard pratiquait les remises, mais c’est ce dernier qui en a ratées le plus. À deux occasions, j’ai vu Adams poser des questions à Cato et celui-ci lui a répondu sans hésitation. Les deux semblent bien s’entendre. En fait, tous les quarts semblent bien s’accorder.

Pendant la pause, j’ai pu m’entretenir avec Pierre Vercheval. Je lui ai fait part de mon impression à l’effet que l’attaque des Alouettes semblait bien en avance sur celle de l’année dernière. Il a abondé dans le même sens, particulièrement au niveau du synchronisme entre les quarts-arrières et les receveurs. J’en ai aussi profité pour demander à Rutley s’il avait pris du muscle dans le haut du corps. Il m’a confirmé qu’il a travaillé à renforcer cette partie de son anatomie. Rutley est en excellente forme et il a été hier le demi qui s’est le plus illustré. J’avoue cependant que j’ai très peu regardé Hampton.
Dans les pratiques suivantes, les unités étaient plus complètes. Il n’y avait pas de ligne défensive comme tel, mais présence des secondeurs, des demis défensifs, des quarts, receveurs et demis offensifs. Les jeux pratiqués étaient essentiellement des jeux de passe. La prise de décision et la précision des passes pouvaient être bien testées à cette occasion. Dans cet exercice, les quarts-arrières les plus efficaces ont été dans l’ordre Glenn, Cato, Bridge, Adams, Boyd, Djan, Burko et Underdahl. Davidson s’est illustré à quelques occasions gagnant ses confrontations et forçant le quart à lui envoyer le ballon. Les meilleures couvertures sont venues de Parker, du petit nouveau #2 et de Lue. Victor Hampton a été mis à rude épreuve. Ce gars devra s’ajuster au tempo de la LCF.

Lors des pratiques avec les unités complètes, on a pu mieux apprécier la prise de décision des quarts-arrières. Glenn avait vraiment le dessus décidant de ses jeux souvent dans les 2 premières secondes du jeu. Lewis s’est illustré en attrapant plusieurs ballons avec trois ou quatre joueurs autour de lui. Logan a encore fait son cabotin en portant le ballon exagérément loin à l’occasion de ses tracés. Je ne sais pas de qui, mais j’ai entendu un « Run, Forrest! Run! ». Rutley a été le meilleur sur les jeux au sol et les passes voilées aux demis. Cato a été plus décisif que Bridge, Adams et Boyd, mais Adams m’a impressionné pour un gars qui n’a jamais joué dans cette ligue. Boyd a aussi bien fait, mais un peu moins qu’Adams. On a aimé Cato l’an dernier et je crois qu’on va tout autant aimer Adams lorsque viendra sa chance. Honnêtement, le jeune a beaucoup de potentiel. Chez les receveurs, Green, Carter et Louks se sont illustrés. On a vu de beaux jeux de course avec Davidson et Giguère. Ce dernier s’est également illustré sur des tracés intérieurs, mais pas autant que Lewis à ce chapitre. On a surtout vu Blake et Isles s’acquitter du poste de garde à gauche, mais rien ne dit que Ruby n’aura pas sa chance dans les jours qui viennent. Blake n’avait pas l’air dépaysé et il a été celui des deux qui me semblait le plus prêt. Je l’ai entendu dire à quelqu’un qu’on lui avait demandé de ses préparer tant pour le rôle de garde que pour celui de bloqueur à gauche. Venable s’est illustré en étant souvent le premier sur le porteur du ballon.

Lors de la pratique des botteurs, j’ai cru remarquer que Graves s’était amélioré sur les dégagements. Il a notamment fait un botté qui a voyagé une cinquantaine de verges avant de bondir et sortir du terrain le long des côtés à peu près à la ligne de 3. Un magnifique botté! Bede a continué à botter aussi haut que loin, c’est-à-dire entre 50 et 60 verges à chaque botté. Aucun de lui ni de Graves n’a pratiqué de placement ni de botté d’envoi.

Après l’entraînement, j’ai pu avoir quelques discussions intéressantes. Rakeem Cato est conscient qu’il a de la compétition cette saison, mais il dit que c’est juste bon pour tout le monde. Il a dit que la compétition rendait tout le monde meilleur, et qu’à la fin, c’était les entraîneurs qui choisiraient. Il n’a de contrôle que sur ce qu’il peut livrer sur le terrain, aussi c’est la seule chose sur laquelle il va se concentrer. Stefan Logan a dit que Kavis Reed était le meilleur entraîneur d’unités spéciales à l’avoir entraîné. Il précise que coach Reed rend les choses très claires et est très interactif avec ses joueurs quand vient le temps d’établir les stratégies. Je lui ai parlé de la déficience des schémas de blocage chez les Alouettes de 2010 à 2014, en lui soulignant l’amélioration logarithmique survenue en 2015. Il a dit que cette amélioration était beaucoup l’œuvre de Reed qui est un excellent enseignant et un gars qui a un leadership très positif. Reed est très content d’être avec les Alouettes. Il m’a parlé de sa fille qui vient d’avoir 16 ans, et qu’il la voyait encore petite alors qu’elle est à quelques années de peut-être quitter le foyer. Je lui ai dit de ne pas penser à ça mais seulement de profiter au maximum des moments qu’il a avec elle. Il m’a demandé si j’avais des enfants et je les lui ai pointés. Il m’a dit qu’un jour, ils partiraient eux-aussi. Je lui ai montré mon plus vieux avec son chandail de Parker, en lui disant qu’il passait l’année scolaire en-dehors de la maison depuis 4 ans déjà. Il m’a dit qu’il se rappellerait de ça et qu’il profiterait bien de ses moments avec sa fille.

Glenn est très enthousiaste. Il adore le nouveau livre de jeux et la façon dont Calvillo explique le rôle de chacun dans ces jeux. Il donne une importance égale à chaque position et précise pourquoi tel joueur doit être à tel endroit, pour le premier niveau du jeu, le deuxième, le troisième. Il dit qu’il est très clair dans ses explications et que les jeux qui sont conçus offrent beaucoup de possibilités. Il apprécie le groupe de receveurs qu’il a avec lui et croit que Sutton et Rutley pourraient quand même avoir d’excellentes saisons même si le jeu aérien de l’équipe devrait s’améliorer passablement. Je lui ai donc dit qu’il croyait qu’il avait dans les main un livre qui permettrait à l’attaque de rester plus longtemps sur le terrain. Il m’a dit que c’était ça. Le travail a été bien fait. Venant d’un gars comme Glenn qui a eu beaucoup de coordonnateurs offensifs, c’est un bel endossement pour Calvillo.

Green est beaucoup plus positif que l’an dernier. Il est très enthousiaste à propos des receveurs au sein de l’équipe et du nouveau cahier de jeux. Il dit que cette attaque est résolument plus une attaque de la LCF et qu’on devrait voir une sérieuse amélioration cette saison. Il apprécie beaucoup Chapdelaine et sent l’expérience en lui qui manquait à Calvillo l’an dernier. Il aime la dynamique qui s’est installée entre les entraîneurs de l’attaque et sent que les choses évoluent mieux que l’an dernier. Manifestement, Green est un type de receveur plus cérébral que Carter. Dominic Ellis a quitté le terrain un pied déchaussé. Il semblerait qu’il se soit fait solidement marcher sur les orteils et il ne pouvait plus supporter son soulier, pas même son bas. Tajh Boyd est très gentil. Il s’intéresse aux gens qui l’abordent et je le vois bien s’impliquer dans cette fondation en Caroline. C’est un type avenant avec qui le contact est facile.

Popp est content de l’équipe en place. Il trouve qu’il y a beaucoup de profondeur et que la dynamique est très bonne. Je lui ai demandé comment il trouvait ça de travailler avec au moins 3 gars qui pourraient aspirer à son poste d’entraîneur-chef. Il a ri et a dit que s’il se trouvait que ces gars pourraient être d’éventuels candidats à sa succession, qu’il était chanceux d’avoir déjà autant de candidats potentiels de qualité. Il a encore parfois le tournis, mais ce n’est pas une labyrinthite qui le provoque…

Michael Klassen a perdu du volume mais gagné du poids. C’était mon impression mais il me l’a confirmée. C’est un bon gars. Il a ri quand je lui ai dit que ses adversaires verraient avec soulagement Martin s’amener en relève de lui… Nicolas Boulay a été très sollicité par les supporteurs et il n’a fait aucune allusion à sa situation contractuelle. Il souhaite garder sa place au sein de l’équipe et compte travailler fort pour y parvenir. Je crois qu’il a saisi le côté affaires de sa situation et qu’il entend y répondre sur le terrain.

Ce sont pour l’instant les éléments marquants de cette journée. D’autres me reviendront peut-être en mémoire je vous en ferai part à ce moment-là.

Great roundup, Hfx, who wrote that piece?

Our comrade LeStaf

SJ on TSN690

[url=http://www.tsn.ca/radio/montreal-690/sj-green-looking-forward-to-the-season-1.496963]http://www.tsn.ca/radio/montreal-690/sj ... n-1.496963[/url]

Jacques Dussault's take

[url=http://www.985sports.ca/lecteur/audio/football-lcf-jacques-dussault-nous-revient-du-c-321981.mp3]http://www.985sports.ca/lecteur/audio/f ... 321981.mp3[/url]

Wow. Amazing job, LeStaf!

And -- sigh -- further proof that the caliber of insight on these forums is higher than what we typically get from accredited journalists who are paid to write about football.

When LeStaf started posting here in French. I was against it. I just didn't think it would work but the class he's shown and quality of his posts just worked its magic. I don't think there is a fan currently who does more to promote this team and in pretty thankless environments too.

Bon Job LeStaf :thup:

Deux fois! :thup:

[i]For Sheldon ou LeStaf, or anyone else who has seen the practices in person. What does Vaughn Martin look like? Is he in game shape? Is he overweight or similar in size to the other defensive tackles?

He has not played any meaningful football in a long time. He is naturally a big guy, so he can add or lose 20 pounds easily. [/i]

There were a few pictures of him yesterday (they took them down :thdn: ) and he looked phenomenal for a guy who hasn't played ball for two years. Biggest set of pipe on that team for sure. Looks a lot like Sewell.