Match historique

Match historique

On l'attendait l'année dernière, mais il n'en fût rien en raison du fait qu'Anthony Calvillo ait raté les 5 derniers matchs de la saison. C'est donc en ce 26 juin 2008 que le quart-arrière est devenu officiellement le deuxième meilleur passeur de la ligue canadienne de football. Dans la victoire de 33 à 10 contre Hamilton, il a passé devant Danny McManus qui avait 53 255 de verges de gains. A.C. a par ailleurs atteint les 50,000 verges bien avant n'importe quel passeur dans l'histoire de la LCF. Maintenant avec ses 53 343 il s'assure du deuxième rang dans l'histoire de la ligue canadienne.

N'ayant pas vu d'action depuis 8 mois et n'ayant joué qu'un seul quart en match pré saison, Anthony a tout de même complété 25 de ses 37 passes. C'est une excellente moyenne de 63% mais un peu inférieure à ses 67% de la précédent campagne. C'est d'ailleurs cette moyenne et de sa lecture du jeu qui ont motivé Marc Trestman à confirmer Calvillo comme quart partant.

Malgré ses faits d'armes : 293 verges de gains, deux passes de touché et sa confirmation comme deuxième passeur de l'histoire, ce «mal aimé» à encore été l'objet de quelques critiques à la radio hier soir. On ne remarque pas les passes précises qu'il a effectuées. Ni des passes échappées par ses receveurs. On se souvient des quelques passes erratiques qui ont été sans conséquences. L'observateur ordinaire ne sait pas ce qui pousse parfois une passe à être erratique. Quand un quart n'a pas le temps ou oublie de bien encrer ses pieds au sol c'est généralement ce qui se produit. Quand un quart d'expérience voit à la toute dernière fraction de seconde la possibilité d'une interception, son mouvement est déjà entamé, il lance alors dans un endroit sûr pour éviter l'interception. Idem lorsqu'un receveur court un mauvais tracé. Bien sûr, il arrive qu'un quart rate tout simplement sa passe. Et il est vrai que le bras de Calvillo n'a pas la puissance d'un Michael Bishop des Argos par exemple. Mais ce dernier l'an passé n'avait qu'une moyenne que de 52% de passe complétées!

La véritable force de Calvillo est dans sa lecture de la défensive. Dans à peine une ou deux secondes il prend la bonne décision... un art vraiment difficile à maîtriser. Toutefois, son manque de mobilité est un fait. Hier Casey Printers qui est très mobile a été victime de 4 sacks alors que personne ne parle de sa mobilité. Calvillo, pour sa part, a été victime de 2 sacks. Les deux quarts ont devant eux une ligne offensive qui éprouve des problèmes... quelle est la différence? L'expérience et la rapidité d'exécution d'A.C.

Je souhaite aussi un quart plus mobile. Ça va venir. Adrian McPherson doit faire tranquillement ses classes. Mais dans l'intervalle, il faut être honnête et souligner le bon travail de Calvillo pour le clan montréalais.

Autre match historique

Le grand rideau s'est ouvert hier sur le début d'une nouvelle ère, celle de l'entraîneur-chef recrue Marc Trestman. On a assisté à sa toute première victoire comme entraîneur-chef d'une équipe. Le système complexe de Trestman nécessite un quart au pourcentage de passe complétées très élevé. Son style West Coach a comme philosophie qu'au lieu de courir pour quelques verges, on fait de courtes passes. Ceci éventuellement ouvrira l'attaque au sol.

Marc Trestman sait très bien, après l'étude des films des matchs de l'année dernière, que la ligne à l'attaque n'est pas en mesure de protéger avec régularité ses quarts pour effectuer la bombe. Il a donc simplifié le rôle de la ligne vieillissante de Montréal.

L'effet surprise

Il ne faut pas s'énerver le poil des jambes. Certes c'est une belle victoire de 33 à 10. N'oublions pas que c'est face à une jeune équipe en reconstruction. Trestman n'avait pas montré son système en match pré saison. Mais là, les coordonateurs à travers la ligue étudieront le film du match. Le prochain adversaire sera Winnipeg qui est la favorite de l'Est pour gagner le championnat...

Le match

L'équipe a jouée pendant 60 minutes hier. Une grosse lacune depuis plusieurs années était l'absence d'un demi-rapide capable d'attraper les passes et courir hors l'aile. Grâce à la prestance surprise d'Avon Cobourne avec 107 verges au sol en 12 courses pour une moyenne de 9 verges plus 55 verges par la passe pour un grand d total de 162 verges tout a été pour le mieux. Ce match de rêve fera de lui un bon candidat pour le joueur de la semaine dans la LCF. Ce qui est plus important ce sera les effets à long terme. Désormais, les défensives devront le tenir à l'œil, et elles hésiteront probablement à cause du danger de la passe voilée. La pression pourrait alors être moins forte sur la ligne offensive et sur Calvillo. Toutefois, je ne suis pas encore convaincu qu'Avon est l'homme de la situation à long terme.

Kerry Watkins a fait 6 attrapés pour 102 verges et deux passes de touché. Il a connu un excellent match, mais fidèle a ses habitudes, il a échappé une passe facile. Danny Desriveaux a encore montré qu'il est un receveur très fiable en remplacement de Ben Cahoon. Une faiblesse des dernières années étant notre attaque prévisible, on dirait que c'est chose du passé : tous les joueurs partants ont touché au ballon. L'attaque sera variée cette année, au bénéfice de tous. Jeux renversés, passes voilées, courses hors l'aile, petites et longue passes... On utilisera tout le terrain et forcera les défensives à se déployée. La défensive a pressé le quart et a bien fait pour contrer le dangereux Jesse Lumsden qui n'a gagné que 36 verges, le botteur Damon Duval a connu un match parfait.

Quoi demander de mieux?

Ah, oui... les unités spéciales ne sont pas au point. La protection lors des bottés de dégagement est faible. S'il n'y a pas de correction, Duval va avoir un de ses bottés bloqués. Les retours de bottés de Jason Amstead ne mon pas impressionnés. À une verge des buts, les Alouettes ne mon pas convaincu non plus.

C'était un match très divertissant, vraiment très plaisant à regarder. Il y a encore place à amélioration mais nos moineaux semblent sur la bonne voie.