Les moineaux ont la peau du lion.

Les moineaux ont la peau du lion.

Depuis le retour de nos moineaux dans le nid de Montréal en 1996, pour une très rare fois, avant un match, on ne se demande pas si Montréal allait perdre, mais par combien qu’il perdra? Le massacre sera-t-il plus grand que la semaine passée entre ses deux équipes? La dernière défaite des alouettes, avait rendu Pierre Vercheval malade… il n’était pas à son poste à RDS. À travers ce pessimisme il y avait qu’en même de bonnes nouvelles. La défensive était presque au grand complet et le plaqueur Dario Romero était de retour au centre de la ligne défensive. Le centre de la ligne qui avait été d’ailleurs malmené par le brillant porteur de ballon des Lions Joe Smith la semaine passée avec 161 verges de gains. Timothy Skinkland le général de l’unité défensive était de retour aussi. C’était aussi les débuts de deux nouveaux porteurs de ballon chez les Alouettes, Kerry Carter et Jamel White deux ex de la NFL qui ont fait quelques jeux infructueux. Le premier est à son tout premier match dans la ligue canadienne qu’en au deuxième, il avait été remercié par les Argonautes de Toronto plus tôt cette saison.

Nous ne somme pas habituer à voir A.C. manqué un match. Même blessé, il joue, même grippé il joue, la dernière fois qu’il a raté un match on dit que c’était en 2001 (RDS dit qu’il avait raté un match en 2005). Durant cette blessure qui avait duré 4 matchs, Montréal n’avait pas gagné une seule partie. Depuis les deux dernières années il a été très souvent frappé. Avec une ligne offensive qui a accordé le plus de sacs du quart cette année, tôt ou tard un passeur en payera le prix. Or cette ligne offensive vieillissante en plus, n’était pas au complet. Elle faisait face encore une fois à la plus dure ligne défensive de la CFL. Les yeux des amateurs étaient tous rivés sur Marcus Brady qui était à son tout premier rôle de quart partant chez les Alouettes. Son dernier départ de partant remontait à 2005 avec les Tiger-Cats il en avait eut 3 cette année là et 3 en 2003 avec Toronto. Il faisait face à un autre substitut du côté des Lions, Jarious Jackson qui lui a vue beaucoup plus d’actions. Il fallait aussi une préparation sans bavures des coordinateurs à l’attaque et à la défensive des Alouettes face au rusé Wally Buano sans conteste le meilleur entraîneur de la CFL selon mon opinion. J’espérais que Marcel Bellefeuilles allait dessiner des jeux spéciaux pour exploiter la mobilité de Brady et trouver aussi une façon de rendre les passes voilées plus efficaces et ralentir un peu les dangereux blitz des Lions.

Ma consolation dans tous cela : C’est la CFL et dans la CFL tout peu arrivé, je me disais avant le match peut être que les unités spéciales et la défensive cette fois-ci connaîtront un gros match et gagneront le match pour nous! Je ne m’attendais pas à une grande production offensive de Montréal sous la barre de Marcus Brady. Peut être que les joueurs de Vancouver jugeant la partie gagnée d’avance, et allaient prendre nos moineaux à la légère? Me suis-je dis. Eh quoi?! CFLman a le droit de rêver non!...

En première demi, Stricklands a effectués plusieurs plaqués qui donnaient le ton. Marcus Brady de son côté a été solide. Les premières passes une de 39 verges à ELijah Thurman et de 42 à Ben Cahoon qui malheureusement a été blessé sur le jeu. Au sol Payton des courses de 15 et 21 verges. La dernière est selon moi sa meilleure course, car il a transformé une perte en un gros gain. Donc 61 verges pour Jarett Payton en première demi. Les Alouettes avaient établi l’attaque au sol et grâce à de longues passes forçaient les demis défensifs de Vancouver à jouer sur leurs talons. De son côté, le quart des Lions taillait en pièce la défensive de zone de Montréal qui a été incapable de faire un sac. Mais 13 à 12 Lions, ce n’était pas encore le massacre et sur les 13 points des Lions 10 causés par de mauvaises pénalité de Montréal. Tout était encore possible pour le début de la deuxième demi.

En deuxième demi, les Alouettes se sont emparé du «momentum» et ne l’ont jamais perdu. Ils ont été agressifs, combatifs et ont joué 60 minutes solides. Face à cette opposition inattendue les Lions ont fait 4 revirements. Marcus Brady a passé pour 301 verges, il a compléter plusieurs longs jeux et l’attaque au sol a gagnée 159 verges contre la plus dure ligne défensive de la ligne. Tout simplement remarquable. Il y a eut beaucoup de beaux jeux défensif a des moments cruciaux pour Montréal. Un jeu commandé par Bellefeuille au bon moment qui a valu un gain de 59 verges d’Ashlan Davis à l’attaque. Une passe presque intercepté qu’Elijah Thurman à compléter grâce à une grande concentration. Montréal a utilisée avec succès les jeux d’attirés et des passes volées. Un jeu surprise des Lions qui était à un demi-ballon de réussir. Trois touchés de Jarrett Payton. Les Lions avançaient le ballon, 231 verges par la passe et 120 verges au sol, mais la défensive a réussit des sacs juste au bon moment avec une pression de 3 joueurs à par cela. Elle a rabattu des passes et en a intercepté une. La venue de Skip Seagraves et de Jash Bourke sur la ligne à l’attaque ont permis de faire de belles trouées pour Payton et donner du temps à Brady pour passer. Les jambes de Marcus Brady lui ont permis à plusieurs occasions d’acheter du temps pour compléter des passes ou se sauver d’un sac. Bref Marcus Brady a joué le match de sa vie au grand plaisir de la foule! Il n’y a jamais eut de moment mort dans tout le match, une partie de très grande qualité.

La semaine dernière ont ramassaient les plumes de nos moineaux dans un massacre de 46 à 14. Aujourd’hui ont ramasse les griffes cassées des Lions dans une victoire de Montréal de 32 à 14. C’est ça la CFL! Tout peu arriver!