La célébration d'Anthony Calvillo

Ce lundi sera une journée importante dans l'histoire sportive de Montréal. La célébration du retrait du chandail d'Anthony Calvillo marquera le passage du plus grand joueur de football à avoir joué à Montréal à ce jour. Le plus grand parmi d'autres grands.

Je serais heureux que cette journée soit la première fois que le stade Percival-Molson soit plein à capacité pour une partie de football depuis son agrandissement. Anthony mériterait amplement cette marque d'appréciation.

Je demeure cependant convaincu que Calvillo recevra un hommage bruyant et très senti de la part de tous les supporteurs présents, y compris ceux des Roughriders. Calvillo a été un homme apprécié dans toute la ligue, à la mesure de la qualité de sa propre personne.

Je serais évidemment encore plus heureux que les Alouettes remportent cette partie, mais il va sans dire qu'il y aura loin de la coupe aux lèvres, même avec la blessure à Durant. L'attaque des Roughriders repose avant tout sur une utilisation efficace du jeu au sol, et si l'attaque des Alouettes n'arrive pas à se mettre en marche contre la bonne défensive de leurs adversaires, la fin de partie pourrait être pénible à regarder. Mais avec une semaine de repos et une semaine de préparation pour une partie jouée localement un lundi, les Alouettes ont des chances d'avoir assez d'énergie pour se rendre jusqu'au bout. Ce serait une bonne façon d'entreprendre le dernier droit de la saison.

I get to be on the field at halftime wearing a 13 t-shirt with 200 other fans to form some kind of ‘13’ wall for AC.

With 4 days to go we should be able to at least break that elusive 21,000 mark. hopefully.

Ode to Anthony Calvillo.

Once did thou shred defenses,
With thou arm, thy wit and thy oline,
Causing me to lose me senses,
And for the sports store make a beeline,
And my wallet to open,
For your jersey with the thirteenth number to make mine.
Wear it I would now and then,
As I will, come Thanksgiving time,
People doubting my sanity,
Till the Grey Cup party,
When ale would flow and history be written,
by the finest pivot of all time.
AC, your prowess doth I praise,
And to you my glass of Stella doth I raise.

Wow! Très chic, Phil! :rockin: