Il ne faudra pas oublier les unités spéciales

Jim Popp a un hiver très occupé. Jusqu'à maintenant, il s'en tire plutôt bien. Très bien, même.

Mais dans ce tourbillon de contrats à négocier, il ne faudrait pas oublier encore une fois les unités spéciales.

Les Alouettes ont réussi à se défiler avec les grands honneurs encore cette année, mais non sans avoir beaucoup de difficultés à maîtriser.

Le cas des unités spéciales est probablement celui qui est le plus voilé présentement. Mais un bon nombre des difficultés des Alouettes ont tourné autour du fait que les unités spéciales n'avaient pas d'entraîneur ne s'occupant que de cet aspect du jeu. Les résultats se sont faits sentir. Les schéms de blocage en retour de bottés étaient presque inexistants. On n'avait pas vu depuis longtemps autant de bottés de placement ratés et la couverture sur les bottés laissait parfois à désirer.

C'est beau d'avoir des gars rapides pour retourner les bottés, si les adversaires peuvent les enterrer avant qu'ils n'aient pu commencer à courir, ils ne nous donnerons pas de position sur le terrain. C'est beau d'avoir un botteur de dégagement qui recule l'adversaire, s'il peut retourner le botté sur plus de 25 verges avant de se faire plaquer, c'est un résultat assez ordinaire.

Il ne faudrait pas que les importantes signatures à venir éclipsent cette faille à combler.

Your perception was well illustrated in the Grey Cup game. Maypray did not really have the opportunity to gain yardage returning kicks as, he was swarmed by Sask's defense as soon as he caught the ball. Sask showed great good special teams coverage of Mayprays attempted returns.

What about the well-executed direct snap to Deslauriers that got us a key first down in the third quarter? Or the fact that Maypray returned a punt for a touchdown the week before against Toronto, the same game in which we kept the oh-so-mighty Chad Owens in check all game long?

Special teams will be fine. Bischoff has had a year to grow accustomed to the role. If it's needed, they can always hire a dedicated running backs coach so that Bischoff can concentrate solely on special teams. To me, the biggest ST issue is our kicker and I am pretty damn sure that both Popp and Trestman are going to address this particular issue in the months ahead (whether by cutting Duval or bringing in competiton at TC).

C’est ce que je crois : que Bischoff court trop de lièvres en même temps. Maypray a retourné un botté dans la zone des buts au Stade Olympique, mais dans l’ensemble de la saison il n’a pas pu courir bien souvent en retour de bottés tant le blocage était pourri. Et en même temps, le jeu au sol était déficient. Ce n’est que vers la fin de la saison que les choses ont commencé à se replacer.

Bien d’accord que le principal noeud des unités spéciales est le botteur. Mais en regardant toute la saison, ce sont toutes les unités spéciales qui ont eu des difficultés. Ils n’ont pas fait que des bêtises, sinon, les Alouettes ne se seraient pas rendus jusqu’au bout. Les quelques retours de Maypray et Ferri en témoignent, de même que l’assez bonne couverture en bottés en général, et les deux jeux truqués (Proulx et Deslauriers). Mais en même temps, il faut voir les choses telles qu’elles ont été : les Alouettes ont souffert de ne pas avoir un entraîneur dédié aux unités spéciales, et cela a paru tout au long de la saison.