En vu de la demie finale de l’Est

Marcus Brady ou Jason Maas?

Tu ne peu pas avoir une équipe dominante sans des gardes et de plaqueurs performants, c’est le fondement même de l’équipe. Si la base est faible, le bâtiment s’écroule. C’est en résumé ce qui est arrivé aux Alouettes tout au long de la saison. Dernier pour protéger les quarts et la course au sol. Certain vont se demander pourquoi pas envoyer Jason Mass? Jason Mass possède le style d’un quart classique il reste dans sa pochette. Si la ligne à l’attaque aurait été efficace il se peut qu’il aurait débuté le match. Dans une certaine mesure Anthony Calvillo pouvait compenser grâce à son habilité de lire efficacement les défensives et de prendre des décisions rapides. Jason Maas n’a pas le même niveau de lecture si non, il aurait été encore le quart partant à Hamilton. La direction trouve plus logique d’utiliser Marcus Brady à cause de sa mobilité. Cette mobilité fait en sorte de faire à l’occasion de gros gains et donner une chance à l’équipe de marquer. Par contre le pourcentage de passes complétés par Marcus Brady est absolument catastrophique! Il a beaucoup de difficulté à prendre un rythme et compléter les courtes passes avec régularité. Pour ces raisons, les longues séries de jeux à l’attaque sont plutôt limités. Les Alouettes espèrent que Brady va «en sortir une bonne» comme on dit. Ont t-ils le choix?

Kerry Carter l’arme cachée?

Le petit Avon Corburn à été une solution de rechange potable lors de la dernière confrontation face à la meilleure défensif contre l’attaque au sol. Mais il en demeure pas moins qu’il est avant tout un joueur d’utilité. En l’absence de rapidité au champ arrière sa présence est essenciel pour les passes voilées et les jeux d’attirés. Ce qui ralentira la pression sur Brady. Jarett Payton sera du match semble t-il. Mais je porte mon attention sur un autre centre arrière. Le centre arrière canadien Kerry Carter a été peu utilisé la semaine dernière. Mais à chaque fois que les Alouettes lui donnèrent l’occasion, il a très bien fait. 4 portées pour 38 verges une moyenne de 9,5 verges par course! On ne lui a lancé aucune passe.

Gants de velcro sur commande

Faudrait acheter des gants de velcro à Elijah Thurman et Kerry Watkins. Il ne se passe pas un match sans qu’ils en échappent une facile.

Bashir Levingston, pourquoi pas?

Le vétéran Bashir Levingston a été libéré par les Argonautes plus tôt cette saison, il était donc «libre comme l’air» comme on dit. La même chose est arrivé à Josh Ranek pour le compte des Roughriders, Troy Davis avec Toronto et Keith Stokes avec Winnipeg qui eux aussi n’avaient aucun contrat. En ce temps ci un joueur libéré par la NFL n’a pas le temps de s’adapter dans la CFL donc peu rarement combler les trous. Comme le temps des échanges est passé c’est une des seules façons de remplacer les joueurs blessés par des joueurs d’expériences. C’est très important car en ce temps-ci de la saison, il y a beaucoup de joueurs amochés et pire plusieurs ne reviendront pas cette année.

Cette saison, l’attaque a trop souvent été reculé dans la font de sa zone à cause d’une faible production lors de retours de bottés et des punitions. Bashir Levingston a 6 ans d’expérience. Peu t-il faire pire que les autres? Peut être se retour au jeu pourrait le fouetter et connaître un bon match qui sait? En début de saison cette année il a marqué un touché dû à un placement raté de 129 verges. Je pense que dans l’ensemble c’est une bonne décision. Les Alouettes qui ont la pire ligne à l’attaque de la CFL ne peuvent soutenir régulièrement de longues poussées offensives. Donc, l’arrivée de l’ex joueur étoile des unités spécial à court terme pourrait être bénéfique et le cas échéant, changer l’allure d’un match en faveur des Alouettes. Au point où ont est rendu, ont a rien à perdre. C’est sûr qu’on va partir négligé… même très négligé… alors pourquoi pas?...

Équipe d’étoiles de l’Est

Quatre joueurs des Alouettes ont été élus dans l’équipe d’étoile de l’Est. Sans surprise le receveur étoile Ben Cahoon, le demi défensif recru Rendee Drew le botteur Damon Duval et le garde à l’attaque Scott Flory. Cependant, aucun Alouette ne fait parti de l’équipe toute étoile de la ligue cette année. Il y a personne de surpris….

Mathieu Prouxl

C’est un excellent joueur, il n’a qu’un problème il souffre du même mal que Sylvain Girard l’ex receveur des Alouettes. Il est très fragile et est trop souvent blessé. La saison 2007 est –elle sa dernière en ce qui lui concerne?...

Ce qui est généralement le cas celui qui gagne la bataille des tranchés gagne habituellement le match…. Probablement le joueur étoile Tom Canada sera de retour pour Winnipeg, outch!...

Les forces en présences

Quelques statistiques

[b]Les Blues bombers de Winnipeg /b

Points produits 439 et points alloués 404 offensive total 6,832 verges et la défensive a alloué 5,906 verges. Ils n’ont alloués que 27 sacks et en ont fait 50. Revirements produits 33, alloués 38. Moyenne offensive 380 verges, défensive alloue 328 verges par matchs.

Quart arrière

Kavin Glenn 62.5% de passes complétés 13 interceptions 25 passes de touchés

[b]Les Alouettes de Montréal /b

Points produits 398 et points alloués 433 offensive total 6,308 verges et la défensive a alloué 6,370 verges. Ils ont alloués 68 sacks et en ont fait que 36. Revirements produits 41, alloués 35. Moyenne offensive 350 verges, la défensive alloue 353 verges par match.

Quart arrière

Marcus Brady 52.3% de passes complétés 4 interceptions 3 passes de touchés

Remarques

Les receveurs de passes des Blues Bombers sont plus dangereux que ceux des Alouettes. La ligne offensive et la ligne défensive est meilleurs que celle des Alouettes. Les porteurs de ballons Charles Robert et Fred Reid sont plus explosifs que ceux des Alouettes. Je préfère le nouveau venu Bashir Levingston pour retourner les bottés à Keith Stoke de Winnipeg. Le botteur Troy Westwood connaît une mauvaise saison. Le botteur des Alouettes Damon Duval lui est supérieur. Limité à un seul attrapé la semaine dernière, Terrence Edwards devra être étroitement surveillé par la défensive des Alouettes ainsi que Milt Stegall.

Kavin Glenn est moins mobile que Marcus Brady et il m’a semblé la semaine dernière être moins efficace sous la pression. Mais avec le retour de Charles Roberts se problème sera régler car la défensive se doit de le surveiller. Il y a le retour de Tom Canada aussi qui va presser Marcus Brady. Les Alouettes seront les grands négligés et la pression sera sur Winnipeg. Mais tout bien considéré, je ne vois pas comment les Alouettes pourront vaincre Winnipeg. Ils n’ont pas gagné une seule fois contre eux cette année, peut être Winnipeg va-t-il pécher par excès de confiance?…

Le match dimanche est à 14h. Suivit par le match de la demie finale de l’Ouest entre Regina et Calgary. L’attaque de Calgary peu marquer des points, mais c’est en défensive que les choses se gâtent. Saskatchewan est bien mieux équilibrée.

Parlons football, pas de querelles de famille!

Nous somme à la veille de la demie finale de l’Est. Toute la concentration de l’équipe ce doit se porter sur ce match sans lendemain. L’année qui vient de s’écoulée a été terriblement difficile. La pire fiche de puis le retour des Alouettes en 1996. Dès le début, l’équipe a été décimée pas les blessures. Il y a la retraite d’Ed Fillon qui aurait dû être remplacé par Steve Charbonneau qui lui a été forcé d’accrocher ses crampons à cause d’une mystérieuse maladie intestinale. Il y a toutes les difficultés pour la rénovation du stade. Puis la cerise sur le Sundae, la maladie de Mme Calvillo. L’équipe doit composer sans son quart expérimenté. Voilà en gros la série de malheurs qui c’est abattue sur l’équipe.

Voilà que l’équipe doit jouer les séries à l’étranger. Aujourd’hui un journaliste écrit sur un conflit ou supposé conflits entre Jim Popp et son botteur Damon Duval. On aurait pensé que la nouvelle provient d’un média de Winnipeg, histoire de déconcentrer l’équipe. Mais non ça vient de la Gazette un journal de Montréal! Comme mauvais «timing» on ne pouvait pas plus mal choisir! À moins que l’ont ne veuille la peau de Jim Popp… Le journaliste en question a mis ses désirs avant les intérêts des amateurs de l’équipe. Il aurait pu attendre après la fin des séries pour sortir la nouvelle. Mais non, un autre journaliste qui cède aux nouvelles qui soulèvent de la controverse pour rien. Il y a comme dans ce milieu une espèce de plaisir de salir inutilement, j’ose espérer que ce n’est qu’un accident de parcours et jusqu’au match, on va parler de football!

Bon justement à propos de football… le choix du quart partant de Jim Popp est Marcus Brady. Rien de trop étonnant. Il peu dire merci à ses jambes le petit Marcus et a la faiblesse de la ligne offensive. Vu l’état de l’équipe, pour se donner la moindre chance, ça prend un quart mobile. Je me réserve une petite lueur d’espoir, Marcus Brady n’a-t-il pas cette année battu les gros et méchants lions?

Du positif pour les Calvillo

De la belle visite pour nos moineaux. Vous vous souvenez de l’article « Bien triste Nouvelle»? Eh bien le célèbre quart arrière des Alouettes de Montréal ce matin est venue encourager ses coéquipiers à la pratique. Il était porteur d’une bonne nouvelle. A.C. a déclaré que son épouse, et nouvellement maman pour une seconde fois, répondait très bien aux traitements de chimiothérapie. Même qu’il n’y a pas d’effets secondaires dans son cas. Toutefois ses traitements devront se prolonger pendant des mois. Rappelons-nous qu’Anthony Calvillo ne reviendra pas au jeu cette année. Il reste au près de son épouse. C’est certes une bonne nouvelles pour tous les proches de la famille et de l’équipe entière. Quand à nous, partisans ou pas, nous somme solidaire dans cette épreuve que vit les Calvillo. Quelle année pour le quart arrière mexicain qui vie à Montréal! Je tenais à vous informer des dernières nouvelles sur ce sujet.

Secret d’État

Autre nouvelle, c’est que durant les séries éliminatoires, la direction des Alouettes à décidé cette semaine d’interdire l’accès aux entraînements. La presse pourra se pointer le bout du nez seulement durant les 20 minutes lors de la période de réchauffement. Après personne ne sera toléré. Les entraîneurs préparent-ils des jeux surprises? Peut être ont-ils commandez sur E-bay une arme à destruction massive?….

Demie finale de l'Est

À quelques pouces d’une victoire

Défaite de 24 à 22 sur le dernier jeu du match

La première demie a été très satisfaisante pour les Alouettes. La ligue offensive à été égale à elle-même et Jarette Payton à une verge des buts a été encore stoppé. Par contre, peu après une longue passe de 39 verges, capter superbement par Éric Deslaurier (encore lui), cette fois-ci on a remis le ballon à Kerry Carter et il a finalement traversé la zone des buts. Marcel Bellefeuille a commandé un jeu qui a complètement surpris la défensive des Bombers. Ça été le jeu de la première demie une passe et course de 65 verges à Kerry Watkins pour un touché. Le petit porteur de ballon Charles Robert a fait des flammèches mais pas suffisamment pour empêcher les Alouettes de prendre les devants. Marcus a très bien fait malgré que la pression fût constante. 188 verges par la passe et 20 verges au sol pour 217 verges et ont été victimes de 2 revirement alors que Kavin Glenn avait passé pour 125 verges de gains et Charles Roberts a courut 25 verges pour 150 verges de gain et une interception. C’étaient encouragent pour la deuxième demie. Montréal est retourné au vestiaire avec une avance de 16 à 10 Montréal.

Montréal se devait en deuxième demie de marquer le plus de points possible avec l’avantage du vent. Un vent très violent précisions le. La couverture sur les bottés de Winnipeg contre le vent a été exceptionnel et Montréal avait souvent une mauvaise position sur le terrain. Grâce au touché de le peste Charles Roberts Winnipeg a réduit l’avance de Montréal malgré qu’il jouait contre le vent. Après une interception au dépend de Marcus Brady, un placement a réduit le pointage 22 à 20. Mais les Alouettes étaient constamment refoulées. Les Blue Bombers se sont approchés cette fois-ci Troy Westwood a raté un placement. Puis un dégagement a conduit à une rouge pour Winnipeg 22 à 21. Montréal se retrouve avec un troisième essaie et une verge à faire avec mois de 2 minutes à faire. Les Alouettes on tenté le tout pour à leur ligne de 45. Mais Marcus Brady à été stoppé. Il manquait quelques pouces. Ça été le point tournant du match car si les Alouettes avaient réussit ils étaient en mesure d’écouler le temps qui restait.

Winnipeg reprend le ballon. Des courses de Charles Robers ont permirent aux Bombers de s’approcher près des buts et sur le dernier jeu du match le placement réussit a fait gagner le match 24 à 22 Winnipeg. Les Alouettes ont tous donnés. Mais encore une fois, la ligne offensive n’a pas réussit à gagner une verge ce qui a coûté le match. Un match de demie finale chaudement disputé. Montréal n’a pas à rougir. Il a passé tout près de créer une surprise.

Quelques notes

Fidèle à leurs habitudes, encore une fois Elijah Thurman et Kerry Watkins ont encore échappées une passe facile. Toutefois Watkins a gagné 158 verges un de ses meilleurs matches de l’année. Ben Cahoon a été peu utilisé deux réceptions pour 30 verges.

Jarett Payton à été blessé et a très peu joué en deuxième demie.

C’était la quatrième défaite contre une même équipe dans une saison, une première dans l’histoire des Alouettes.

Winnipeg sera de la finale contre Toronto. À moins d’une surprise, les Bombers seront une proie facile pour la défensive des Argonautes.

Le quart arrière Marcus Brady a dans l’ensemble bien joué. Il a donné ce qu’il avait à donner. 17 en 28 pour 61% de passes complétés et 299 verges. Tout comme le dernier match, les Alouettes auraient puent gagner le match. Le petite peste Charles Robers a gagné 107 verges au sol. La défensive de Montréal a limité l’attaque par les airs de Winnipeg qu’à 161 verges Glenn a complété 61% de ses passes.

Le retourneur de botté Bashir Levinston a connu un bon début de match. Après son échappé, il a été très ordinaire par la suite.

Dernières remarques

Je suis évidement déçu. Mais comme je m’attendais à une défaite, je suis heureux de voir Montréal se battre jusqu’à la fin. La défensive a fait le travail, l’offensive aussi sauf pour la ligne à l’attaque qui a en deux reprises flanchées quand il avait qu’une verge à gagner. C’est non seulement l’histoire du match mais de la saison.