Bilan mi-saison des Alouettes : mission accomplie !

Nouveaux groupes d’entraîneurs, nouveaux systèmes offensifs et défensifs, l’objectif des Alouettes était d’avoir une fiche de .500 à la mie saison. OK, la mie saison c’est 9 matchs et 8 parties ont été jouées. Mais vue que c’est la pause d’une semaine des équipes de l’Est, c’est le temps de faire un bilan. Avec une fiche de 5-3 on peu déjà dire mission accomplie ! Voici mon opinion jusqu’ici sur une saison qui présente beaucoup de jeux excitants.

L'attaque

Je vais commencer pas le dessers. Qui est la meilleure attaque de la LCF ? C’est Montréal avec une moyenne de 33.5 points par match ! Wow ! Dans la LCF tout passe par le quart arrière. Le petit vieux de 36 ans Anthony Calvillo, à cloué le bec de bien des dénigreurs. Il possède les meilleurs statistiques de la ligue : Plus de passes complétées (208), de gains (2,648), de passes de touchés (20), le moins d’interceptions (5) et la meilleurs moyenne d’efficacité 109.4%. Tout en ayant la meilleure moyenne de passes complétés par match avec Henri Burris de Calgary soit 68%. C’est cette régularité de compléter des passes qui cadre parfaitement au système de Mack Trestman. Calvillo peu régulièrement repérer un receveur et décocher une passe en moins de 2.8 secondes. La défensive n’a pas le temps de se rendre. On a rajeuni la ligne à l’attaque avec la venue de Jeff Perret et Josh Bourke des joueurs qui ont du caractère. On a simplifié leur rôle et choisit Avon Cobourne plus explosif et meilleurs bloqueur pour protéger A.C. Résultat on a alloué 1.63 sack par match (13) au lieu des 3.77 de l’année passée qui été la pire fiche de la ligue avec 68 saks.

A.C. est l’un ou le meilleur de la ligue pour lire une défensive. Qu’est ce que cela veut dire ? C’est qu’il prend le plus souvent la bonne décision. A.C. est sans doute le moins mobile des quarts. Toutefois, il compense souvent par son talent d’improvisation et plusieurs longs jeux ont été faits grâce à cette qualité d’Anthony essentielle dans la LCF.

Une autre surprise, celle-ci inattendue à ce qui me concerne. Le petit porteur de ballon Avon Cobourne. Dans le système de Trestman, il est la principale bougie d’allumage. Enfin les Alouettes on un porteur de ballon explosif et bon receveur de passe capable d’être efficace pour les passes voilées. Son succès fait en sorte que la défensive ce doit de toujours lui accordé de l’attention. Part ce fait elle effectue moins de pressions sur Calvillo. La production surprenante d’Avon fait en sorte qu’il pourrait devenir le premier joueurs dans l’histoire de la LCF à accumuler dans une saison 1,000 verges par la passe et au sol. Actuellement il occupe le 9ième rang des receveurs avec 463 verges. Il est à 14 verges du premier rang des porteurs de ballon avec 715 verges au sol. Les receveurs des Alouettes font bien. Kerry Watkins est au deuxième rang à 10 verges de gains du premier rang. Le grand Jamel Richardson est une agréable révélation et a fait plusieurs attrapés extraordinaires. Par contre Éric Deslauriers constitue une déception.

L’entraîneur-chef Mark Trestman

On a dit avec raison que Mark Trestman était fait sur mesure pour la LCF. Il ne vie que pour la passe. Il a profité de l’effet surprise pour ses deux premiers matchs. Puis lors des matchs suivants, les équipes l’on vu venir. Dans ces 3 défaites consécutives, les Alouettes avaient un départ canon grâce à de bons plans de match. Mais en deuxième demie, Trestman avait de la difficulté à faire les bons ajustements. Et l’adversaire faisait une remonté pour l’emporter. Trestman a fini par se rendre compte que si la LCF est une ligue de passeurs, elle possède aussi des défensives conçues pour la neutraliser. Des victoires ont été perdu parce Marck se fiait qu’à la passe au 4ième quart pour écouler le temps et protéger une avance. Cela a été désastreux. Trestman a depuis ce temps appris à faire plus confiance à son attaque au sol au 4ième quart. C’est une des raisons pourquoi Montréal occupe le premier rang de la division Est. Une petite chose qui me chicotte, c’est l’utilisation du centre arrière Kerry Carter. Trestman ne lui fait pas porter le ballon, on l’utilise comme receveur et bloqueur. Selon moi c’est un porteur de ballon qui est très difficile à plaquer et pourrait avoir son utilité à l’occasion.

Les Unités Spéciales

L’acquisition du très rapide Jason Armstead durant la saison morte permettait de croire que le problème des retours de botté de l’année dernière était solutionnés. Or, cela ne c’est pas produit. Armstead, hésitant, faisait le mauvais choix de jeu et allait de contre performance en contre performance. Dans les rares fois où il y avait un bon retour, une punition annulait le tout. Jason n’était pas le seul responsable, le blocage devant lui était souvent médiocre. On pointa aussi du doigt l’entraineur des Unités Spéciales Scott Squires. On libéra Armstead et on mit à sa place la recrue Larry Taylor qui va très bien jusqu’ici. Le blocage aussi s’est grandement amélioré.

La défensive

Le coordonateur à la défensive Tim Burke a aussi essuyé de vives critiques. Sa défensive présentait des statistiques minables. Cependant, lors des derniers matchs il y a eut amélioration. Mais cela reste encore un point d’interrogation. D’autant plus que le talentueux demi défensif Andy Drew blessé sera peut être disponible que pour les séries éliminatoires. L’ailier défensif Alain Kashama constitue une déception. D’un autre côté le demi défensif T.J. Hill connaît une très belle saison. Étienne Bouley sera rétablie de sa blessure pour le prochain match des Alouettes contre les Lions de Vancouver. Il apportera plus de stabilité au poste de maraudeur. La défensive domine pour les sacks du quart avec 25 mais elle n’a que 6 interceptions. Dans l’ensemble, l’équipe progresse et c’est bon signe. En huit rencontres, jamais les Alouettes ont été déclassés. Quand on pense que des experts disaient que les alouettes ne feraient pas les séries !